Tout est vibration

La musique spirituelle de l’Inde, la musique *Gandharva, support principal du Yoga de la Voix,  diffère des conceptions modernes relatives aux fréquences sacrées, en ce sens qu'ici toutes les fréquences des notes sont sacrées, elles proviennent de la même source, et sont toutes divines. 

 

Les notes spécifiques employées dans les raga de l’Inde, bien que correspondant chacune à un chakra majeur particulier, ont une valeur énergétique qui influe autant sur la surface que sur la profondeur du vivant, et sur son environnement, proche et lointain.

Ici, la musique entre les notes, la microtonalité, est fondamentale ; elle accroit le potentiel sonore d’une gamme et son interaction physique et subtile. Les notes, reliées entre elles avec du son, se traduisent donc bien plus en termes d’énergie, partie intégrante d’un tout, qu’en termes de fréquences divisées. Le champ vibratoire d’une vocalisation sur une octave s’en trouve considérablement élargi. 

Un raga (mode, combinaison de notes distinctes), en générant une musique douée d’une force créatrice spécifique, peut agir directement sur un centre particulier. Mais il agira avant tout de façon holistique sur le physique, le vital, le mental et le supra mental, ce qui dynamise et harmonise naturellement nos courants sur tous les plans de l’être. 

En pratique cette musique élève le taux vibratoire, vecteur de bien-être, et, point essentiel, elle impulse la révélation par son pouvoir transformateur. La détente profonde ou la méditation qui émerge spontanément nous porte à la transcendance et à l’expérience de la pure Conscience en nous (qui diffère de l’attention mentale).  

 

En chantant ou  jouant la musique *Gandharva, nous allons donc agir sur la matière et le subtil qui constituent ce corps, et répondre à l’appel de l’âme qui habite ce temple, invitant ainsi la Grâce divine à descendre et à vibrer de sa force absolue dans notre monde.

 

Ce texte est extrait d'un article du Yoga de la Voix à paraitre 

*source de la musique Indienne sacrée


Écrire commentaire

Commentaires: 0